If you're sad, I would be by your side [Fe]



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 If you're sad, I would be by your side [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Matthew R. Smith
New New New Member

avatar

Age : 23
Messages : 55
Dollars : 26049
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: If you're sad, I would be by your side [Fe]   Dim 7 Nov - 22:35


ft. karen gillan and matt smith.

Une journée de libre s'annonçait pour le jeune Smith. Aucun tournage, aucun interview, aucune conférence de prévue dans l'immédiat. Il pourrait enfin rattraper son sommeil en retard, se décider à remplir son frigo, répondre à ses e-mails - qui se comptaient par centaine - et téléphoner à sa mère. En effet, cette dernière avait tendance à s'inquiéter un peu trop, depuis qu'il avait quitté sa ville natale il y a déjà plusieurs années. Ne pas avoir de nouvelles de son fils aîné signifiait pour elle que quelque chose de grave lui était forcément arrivé. Quand il s'attardait à la contacter, elle ne trouvait rien de mieux à faire que d'envoyer la voisine, un cousin éloigné qui n'avait rien d'autre à faire, ou une de ses anciennes camarades de classe pour lui rendre visite et vérifier qu'il se portait bien. Elle ne faisait jamais personnellement le déplacement, tout d'abord parce qu'elle détestait être directement accusée d'être trop protectrice mais également car elle ne supportait pas les grandes villes, en particulier Londres. La dernière chose qu'il souhaitait actuellement, s'était voir quelqu'un débarquer chez lui pour lui faire subir un interrogatoire forcé ! Cela faisait exactement huit jours, dix sept heures, quarante six minutes et trente deux secondes qu'il lui avait parlé pour la dernière fois. En général, il ne fallait pas moins de neuf jours sans qu'il ne l'appelle avant qu'il ne soit obligé de recevoir chez lui des détectives du dimanche. Il lui restait donc encore quelques heures pour vaquer à ses occupations habituelles, ensuite il se chargerait de sa chère mère.

Profitant d'être seul à la maison - d'un côté, il habitait seul - il se leva assez tardivement, prit une douche rapide et vivifiante, prit au passage un jean et une chemise puis se servit un café accompagné d'un toast en guise de petit déjeuner éclair. Posé sur sa chaise, tasse à la main, portable à disposition, il ouvrit d'un geste habituel la revue qui traînait sur la table. Les journaux, c'étaient pas pour lui. L'actualité, la politique, les problèmes sociaux des gens du coin ne le regardaient pas. Bon, de temps en temps, il s'en préoccupait, mais il préférait largement savoir ce que ses collègues avaient fait naître comme scandale cette semaine. Un prénom bien connu était écrit en minuscule au coin d'une page, une photo illustrant le court texte qui s'y attachait. Il ne prit pas la peine de le lire, rien que l'image de Karen et de son actuel petit copain le renseignant sur le contenue. Les journalistes devaient encore étaler l'idylle de l'actrice écossaise et du photographe... Il laissa échapper un soupir, lâchant la page qu'il tenait pour faire un tour dans ses sms. Encore ce Edward qui lui demandait s'il était libre cet après-midi pour sortir entre "potes"... Il en avait plus qu'assez de se faire harceler par le nouveau copain de sa soeur, qui voulait juste profiter de la notoriété de Matt. Sérieusement, elle pouvait pas trouver mieux qu'un mec ayant arrêté ses études avant d'avoir été diplômé et qui enchaînait les gaffes judiciaires ? Mais il dansait bien. C'était tout ce qui comptait pour Laura. Irrécupérable.

Ayant terminé son café, il se leva, s'étira légèrement, et se dirigea vers le salon pour s'affaler sur le fauteuil et vérifier les nouvelles annonces du web, tout en continuant de débattre intérieurement sur la relation de sa cadette. Bien que ce ne soit pas le meilleur des hommes qu'elle ait choisit, au moins, elle avait quelqu'un, ELLE. Pourquoi n'arrivait-il donc pas à garder une relation sérieuse ? Depuis le lycée, il n'avait aucun mal avec les filles. Il était sportif, musicien, intelligent, sympa, tout ce qu'on peut apprécier. Seulement ça n'avait jamais vraiment fonctionné... Rien que d'y penser, ça le déprimait. Un coup à la porte le sortie de sa rêverie. Quoi ? Sa mère avait déjà lancé l'offensive ? Elle était plus rapide que d'habitude ! Abandonnant son ordinateur portable sur la table basse, il se leva le plus lentement possible, accélérant quand les coups se firent plus pressants. Fallait pas non plus qu'on démolisse sa maison !

"J'arrive ! Oh, Karen, c'est toi. Je pensais que c'était... Non, ça a pas d'importance." Dit-il finalement en ouvrant la porte et en découvrant l'invitée.

Il se passa une main dans la nuque et d'un signe de tête invita la jeune femme à entrer, avant de refermer la porte derrière elle. Ce n'est qu'à ce moment là qu'il prit vraiment le temps de la regarder, trop occupé à fixer ses chaussures quelques secondes plus tôt.

"Eh... T'as pas l'air bien dis donc... Qu'est-ce qui s'est passé ?"

Il la connaissait bien, maintenant. Elle ne souriait pas comme d'habitude. Il aurait même dû se rendre compte que quelque chose clochait en la voyant derrière le pas de la porte : elle ne frappait que rarement, en temps normal elle rentrait sans se poser de questions, c'était comme chez elle ici après tout, il lui avait lui-même dit que ce n'était pas nécessaire d'attendre qu'il lui ouvre.

Se rapprochant d'elle, il lui fit un de ses petits sourires compréhensifs et replaça une de ses mèches derrière son oreille d'un geste attentionné. Depuis quelques temps, il l'avait... abandonné. Oui, c'est ça, il se montrait distant. C'était assez idiot, de sa part à lui, le meilleur ami, de se faire discret simplement parce qu'elle avait quelqu'un avec qui elle partageait sa vie. Il n'avait peut-être pas assez bien réfléchi sur ce coup... Elle avait l'air tout sauf en forme, comme il la voyait pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-of-fame.nouslesfans.com/fiches-validees-f47/matthy-terminee-t197.htm http://walk-of-fame.nouslesfans.com/demandes-d-amis-et-ennemis-f6/doctor-matt-do-you-want-to-be-my-patient-aa-t268.htm
Karen Gillan
New New New Member

avatar

Messages : 83
Dollars : 26126
Date d'inscription : 01/11/2010

MessageSujet: Re: If you're sad, I would be by your side [Fe]   Dim 7 Nov - 23:27

    - C'est fini entre nous, je suis désolé mais je ne vois pas d'autre solution.

    Cette simple phrase résuma très bien le tournant qu'avait eu la journée de Karen. Alors qu'elle avait prévue de sortir avec Patrick, son petit-ami depuis maintenant un an, pour aller faire un peu de shopping et aller manger au restaurant. Il connaissait ses habitudes, et l'emmenait dans ses petits coins favoris. Elle aimait beaucoup qu'il prenne soin d'elle comme ça, mais depuis quelques temps, elle ne se sentait plus si heureuse avec lui. Elle ne savait pas trop pourquoi, mais elle l'évitait en quelque sorte, et lui avait l'air de s'en apercevoir. En fait, elle n'avait plus vraiment les mêmes sentiments pour Patrick. Pourquoi restait-elle avec lui ? Elle l'aimait encore, et on ne détruisait pas une relation d'un an comme ça. Sauf que...elle ne pouvait pas nier qu'il y avait quelqu'un d'autre dans sa vie depuis quelques mois qui comptait beaucoup pour elle. Matt Smith, son partenaire à l'écran, devenu rapidement son meilleur ami. C'était assez incroyable, mais ils s'étaient aussitôt entendu à leur rencontre. C'était assez innatendu pour elle, surtout qu'elle n'avait jamais eu d'amitié aussi forte avec un homme avant. Et puis au fur et à mesure, elle avait fini par comprendre qu'elle ressentait bien plus que de l'amitié pour lui. Mais elle ne pouvait se l'avouer, à cause de son petit-ami, mais aussi parce qu'elle n'avait pas envie de tout gâcher.

    - A quoi tu penses ?


    Patrick la ramena à la réalité. Ils étaient au restaurant, et entamaient leur dessert. Elle n'avait pas vraiment d'appétit mais faisait mine d'apprécier son repas. Elle ne voulait pas que Patrick lui pose de question. Mais la journée avait plutôt bien commencé, et elle avait fait quelques petits achats plutôt sympathiques, en tout cas elle avait apprécié que son homme l'accompagne

    - Oh je me demande juste ce qu'on va faire ensuite
    , lui dit-elle en souriant.

    Elle lui prit la main, mais celui-ci la repoussa. Il avait un air assez grave depuis quelques minutes, et semblait mal à l'aise.

    - A vrai dire Karen, je t'ai emmené ici parce qu'il fallait qu'on parle. Je ne savait pas quelle autre solution envisager, étant donné que tu m'évite ces derniers temps. Mais tu ne résistes jamais à cette petite sortie habituelle alors c'était une bonne occasion pour moi...

    Karen commençait à s'inquiéter. Que se passait-il à la fin ? Elle essaya de chercher le regard de Patrick, mais il évitait de la regarder.

    - Je ne peux pas continuer comme ça. Depuis que tu es devenue....célèbre, notre relation a changé. Et surtout, tu es sans cesse avec Matt. Oh c'est un gars sympa mais là n'est pas la question.

    Etait-il jaloux ? Non c'était bien plus que ça. Elle ne voulait pas entendre ce qu'il avait à dire.

    - Je sais bien qu'il y a quelque chose entre vous, tu ne veux pas l'admettre, mais depuis que tu le connais...enfin voilà. Je voulais te dire...s'il-te-plait ne m'en veut pas...C'est fini entre nous, je suis désolé mais je ne vois pas d'autre solution.

    Les larmes commencèrent à monter aux yeux de la jeune femme, et elle secoua la tête, comme pour se dire que ce qu'elle avait entendu n'était pas vrai. Mais elle avait bien compris. Patrick n'attendit pas vraiment de réponse, de toute façon elle ne pouvait rien dire. Il paya le repas et s'en alla en lui déposant un rapide dernier baiser sur les lèvres, avant de disparaitre. Karen resta là encore quelques minutes avant de finalement réaliser que sa relation avec le photographe venait de voler en éclats en quelques minutes. Elle n'osa pas pleurer devant autant de monde, mais elle avait vraiment envie de craquer. Elle partie à son tour, sans trop savoir où aller. Elle espérait seulement que les paparazzi n'allaient pas la prendre en photo dans cet état, ce serait vraiment encore pire. C'était donc vraiment fini ? Il avait finalement réussi à faire ce qu'elle n'avait pas osé, mais en fait, elle se disait que ce n'était pas ce qu'elle voulait. Ou peut-être bien...oh elle ne savait plus trop en fait, elle avait les idées embrouillées et le moral au plus bas.

    Et en fait...pourquoi diable se retrouvait-elle devant la maison de Matt Smith ? Salopri de subconscient ! Elle avait involontairement - ou pas - prit le chemin de la demeure de Matt. Pourquoi faire ? Elle avait peut-être envie de lui parler. Mais peut-être pas lui. Depuis un certain temps, il avait établi une distance entre eux, elle ne comprenait pas vraiment pourquoi. Alors si ça se trouve, la voir débarquer à l'improviste chez lui en lui déballant tout ses problèmes n'allaient pas le ravir. Oh et puis zut ! Elle était devant chez lui, elle n'allait pas se dégonfler ! Elle frappa donc fortement à la porte, en espérant qu'il soit là. Sinon elle pouvait toujours aller voir un psy.

    - J'arrive ! Oh, Karen, c'est toi. Je pensais que c'était... Non, ça a pas d'importance
    , dit Matt en ouvrant la porte.

    Oh bah génial, il attendait déjà quelqu'un ! Il avait surement une petite-amie maintenant, elle n'avait jamais demandé quoi que ce soit sur sa vie privée alors...mais elle l'aurait vu dans les magasines. Il l'invita à entrer, et elle pénétra dans sa maison, jetant son sac à main par terre, comme si c'était un poids dont elle voulait se débarrasser. La maison était donc vide. Tant mieux, elle ne voulait pas se donner en spectacle. Elle resta debout immobile, ne savant pas trop quoi faire, ni quoi dire. En fait elle sentait surtout qu'elle voulait craquer, mais pour l'instant elle tentait de se retenir.

    - Eh... T'as pas l'air bien dis donc... Qu'est-ce qui s'est passé ? lui demanda Matt.

    A ça c'était bien lui, toujours aussi attentionné. Il était toujours là pour elle, il l'écoutait. Finalement elle avait bien fait de venir ici, il pouvait lui être d'une grande aide. Elle le regarda et lui fit un sourire forcé. Non ça n'allait pas bien mon cher, je viens de me faire larguer et ça ne me rend pas très heureuse. Il se rapprocha d'elle et lui rendit son sourire, tout en lui replaçant une mèche derrière l'oreille. C'était tellement bon de le voir. Mais là...en fait...elle finit par éclater en sanglots.

    - Il...m'a...c'est...fini...essaya-t-elle d'expliquer entre deux sanglots.

    Elle finit par s'affaler sur le canapé tout en déversant toutes les larmes de son corps. Bon c'était un peu embarrassant, et elle ne savait pas trop comment Matt pouvait réagir. Mais elle avait vraiment besoin de quelqu'un en ce moment, parce que là elle se sentait un peu seule. Elle tenta de se calmer après quelques minutes, mais c'était assez difficile.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew R. Smith
New New New Member

avatar

Age : 23
Messages : 55
Dollars : 26049
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: If you're sad, I would be by your side [Fe]   Mar 9 Nov - 0:24

“ Take me with you, I will never let you down. ”
ft. karen gillan and matt smith.

Ses sourcils se froncèrent automatiquement, alors qu'il étudiait son visage, son air désespéré, ses yeux dénués de leur lueur habituelle qu'il appréciait tant et ses lèvres qui s'étiraient en un sourire tout sauf sincère. Il n'eut pas le temps d'esquisser un seul geste supplémentaire, qu'elle craqua devant lui, ne prenant pas la peine de rester debout. Assez déstabilisé par cet accès soudain de tristesse qui la prenait, il ne sut pas tout de suite ce qu'il était supposé dire ou faire. Si elle était venue jusqu'ici, c'était forcément qu'elle s'attendait à ce qu'il la réconforte ne serait-ce qu'un minimum. Il s'en voulut intérieurement de ne pas avoir été plus présent à ses côtés ces derniers jours pour la soutenir et la conseiller.. S'il avait été là, est-ce que ça aurait changé quoi que ce soit ? A ce qu'il comprenait, c'était le fameux Patrick qui avait mit un terme à leur relation. Pourtant, il l'avait rencontré ou croisé à quelques reprises et il semblait tout sauf pressé de quitter la jeune actrice. Qu'est-ce qui avait pu le pousser à en venir à cet extrême aussi subitement ? Fréquentait-il quelqu'un d'autre ? Il était plus que soucieux du bien-être de son "amie" et ferrait payer quiconque oserait la blesser de n'importe quelle manière.

Sortant de sa rêverie en s'apercevant qu'il n'aidait à rien en restant debout comme un idiot, il alla s'asseoir à côté de Karen, hésitant. Elle avait l'air si dévastée qu'il en serait presque... furieux. Furieux qu'elle se mette à pleurer de la sorte pour un homme qui n'en valait pas la peine. Elle ne méritait pas d'être dans cet état, il espérait surtout que de son côté le photographe se sentait incroyablement pitoyable en réalisant ce qu'il venait d'abandonner derrière lui.

"C'est rien... Ça va aller, ne t'inquiètes pas."

Il avait simplement chuchoter, se tournant vers elle, usant d'un ton doux et rassurant pour tenter de la calmer. Il la prit par les épaules, la fixant droit dans ses yeux embués, essuya les larmes qui restaient collées à ses joues, pour enfin la serrer dans ses bras. S'il ne pouvait pas l'empêcher de pleurer, il pouvait au moins l'accompagner et tenter d'atténuer sa douleur. Lui caressant les cheveux, il ne dit plus rien pendant un moment, la laissant reprendre ses esprits. La sentir si proche, alors qu'elle était si triste, lui procurait une drôle de sensation. Ce n'était pas la première fois qu'il l'enlaçait, loin de là, mais la première fois qu'elle pleurait dans ses bras, ça oui... Il ne la connaissait pas depuis si longtemps, quand on y pensait. Avec que le travail les réunissent, il ne supposait même pas son existence. S'imaginer qu'il aurait pu passer à côté d'elle dans la rue sans se douter de ce qu'il manquait... Et lui, comme un demeuré, il enlevait de l'intensité à leur relation en se disant que ce serait mieux pour elle si il la laissait régler sa vie toute seule. Pourtant, c'était comme une certitude qui s'imposait à lui à ce moment précis, alors qu'il sentait son souffle dans son cou : il devait être présent à ses côtés, quoi qu'il arrive.

Quand il sentit qu'elle ne tremblait plus aussi violemment qu'auparavant, que ses battements de cœur se furent calmés, il s'écarta légèrement, déserra son emprise en encadrant son visage pâle de ses mains. Un léger silence s'était imposé dans la pièce pendant plusieurs minutes et il hésitait à le briser. Ses yeux noisettes plongés dans le regard de l'actrice, il avait peur que ses paroles viennent à briser l'atmosphère qui régnait. Pourtant, il fallait bien qu'il dise quelque chose, resté dans cette position plus longtemps la ferait s'interroger.

"Il finira par se rendre compte qu'on ne trouve pas quelqu'un comme toi à tout les coins de rue... Tu es unique. Incroyable. Fantastique." Dit-il avec un sourire et en usant de son accent à la Docteur. Puis, reprenant un peu de son sérieux, "S'il ne l'a pas déjà comprit, c'est qu'il ne te mérite pas. Ne te laisse pas abattre, ce n'est pas du tout ton genre, n'est-ce pas ?"

Plus facile à dire qu'à faire, il le savait. Quoi qu'il en soit, il serait là pour elle, quand elle le voudrait. Elle n'avait qu'à appeler et il pourrait la rejoindre à l'autre bout du monde ! Après tout, c'est ce qu'elle attendait de lui, ce qu'il était prêt à faire pour elle. Elle aurait toujours quelqu'un pour l'aider. Déposant un léger baiser sur son front, il se releva ensuite, reprenant un air qu'il voulait plus joyeux, même si au fond il ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter pour la jeune femme, de se demander si elle allait aller mieux, si elle allait réussir à l'oublier.

"Je te proposerais bien un café mais habituellement on préfère le liquides plus forts dans ce genre de situation... Je dois bien avoir quelques boissons dans un de ces placards... Je te sers quoi ? " Le questionna-t-il tout en se dirigeant lentement vers la cuisine qui se trouvait juste à côté, gardant un œil sur elle en même-temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-of-fame.nouslesfans.com/fiches-validees-f47/matthy-terminee-t197.htm http://walk-of-fame.nouslesfans.com/demandes-d-amis-et-ennemis-f6/doctor-matt-do-you-want-to-be-my-patient-aa-t268.htm
Karen Gillan
New New New Member

avatar

Messages : 83
Dollars : 26126
Date d'inscription : 01/11/2010

MessageSujet: Re: If you're sad, I would be by your side [Fe]   Mar 9 Nov - 21:49

    Plongée dans sa tristesse et en plein sanglots, Karen put à peine entendre ce que Matt lui disait. Mais elle avait cru comprendre qu'il lui disait que ça irait. Comment ça pourrait aller, elle venait de se faire jeter comme une vieille chaussette ?! Elle avait envie de lui dire d'aller se faire voir, mais en fait elle se dit que non, qu'il ne méritait pas ça et qu'en fait, ce sentiment de rage se dirigeait contre Patrick. Son ami était là pour la réconforter et l'aider, pas pour l'enfoncer. Venant la rejoindre, il lui essuya délicatement les larmes qui coulaient sur les joues de la jeune femme, et lui caressa les cheveux comme seul lui pouvait le faire. Il avait l'art et la manière d'être un vrai séducteur, mais sans le vouloir en fait.

    - Il finira par se rendre compte qu'on ne trouve pas quelqu'un comme toi à tout les coins de rue... lui dit-il. Tu es unique. Incroyable. Fantastique.

    Elle esquissa un petit sourire en coin, même si elle n'était pas trop d'humeur. Il avait parfois ce tic de reprendre les manières du Docteur, sa façon de parler. Mais en fait, Matt était un peu comme ça, foufou et déjanté. Aujourd'hui il était juste son meilleur ami, attentif et bienveillant.

    - S'il ne l'a pas déjà comprit, c'est qu'il ne te mérite pas. Ne te laisse pas abattre, ce n'est pas du tout ton genre, n'est-ce pas ?

    Karen secoua la tête en se pinçant légèrement les lèvres. Si seulement il savait les vraies raisons de sa rupture avec Patrick : "Je sais bien qu'il y a quelque chose entre vous, tu ne veux pas l'admettre". Est-ce qu'il avait raison ? Il avait du se dire qu'il ne faisait pas le poids, étant donné qu'en seulement quelques mois Matt avait prit une part importante dans la vie de Karen, alors que le photographe avait quand même eu du mal à la séduire. Et même après un an, ils n'étaient pas toujours sur la même longueur d'onde. Mais là, elle devait bien admettre que quelque chose n'allait pas. Déjà elle se retrouvait devant la maison de Matt, c'est bien qu'elle s'attendait à ce qu'il arrive quelque chose non ? Maintenant qu'elle était libre comme l'air...Oh mais non, elle n'était pas une fille facile, loin de là ! Mais...en cet instant, elle était bien perdue. Matt, plus qu'un simple ami ? Pourtant elle avait vraiment du mal à accepter que son petit-ami de longue date l'ait quitté comme ça.

    Elle fut sorti de ses pensées par le jeune homme qui lui déposa un baiser sur le front. C'était incroyable ce qu'il pouvait être tactile ! Les caresses dans le dos, les baisers rapides sur la joue ou le front, et les calins, ça ne manquait pas avec lui. Et pourtant ça n'avait rien de bien méchant, au contraire parfois ça lui faisait du bien qu'il soit aussi affectueux avec elle. Et c'était surement ce qui avait fini par déranger Patrick...Il avait du se dire qu'un ami ne se comportait pas de la sorte, à moins qu'il y ait quelque chose derrière. Et étant donné qu'elle n'avait jamais protester devant ces marques d'affection...

    - Je te proposerais bien un café mais habituellement on préfère le liquides plus forts dans ce genre de situation... dit Matt d'un ton plus gai. Je dois bien avoir quelques boissons dans un de ces placards... Je te sers quoi ?

    Celui-ci s'était dirigé dans la cuisine, pendant que Karen s'arrangeait un peu les cheveux et essuyait avec un mouchoir les dernières larmes qui se battaient en duel sur son visage. Elle devait avec une mine affreuse.

    - Apportes tout ce que tu as, je crois que j'en ai bien besoin, dit-elle.

    Le seul hic c'est que Karen ne tenait pas très bien l'alcool et qu'elle risquait de faire tout et n'importe quoi dans cette situation. Et si elle se mettait à faire un strip-tease devant Matt ? Elle le regarda s'affairer dans la cuisine, tout guilleret, ce qui la fit sourire. Elle devait admettre qu'il avait des fesses divines Elle finit par se demander si elle devait avouer à Matt ce que son ex petit-ami lui avait dit. Ca pourrait éclaircir les choses entre eux non ? Mais si justement ça ne faisait qu'empirer après ? Elle n'allait quand même pas garder ça pour elle...mais en même temps elle se disait que ça pouvait nuire à sa relation actuelle avec Matt. Bien que...passer à un tout autre stade ne la dérangeait pas vraiment, ce qui l'embêtait c'est qu'elle était célibataire depuis seulement une petite heure (voire plus, elle avait perdue la notion du temps), et qu'on allait finir par croire qu'elle passe d'un homme à l'autre comme ça. Puis de toute façon, si ça se trouvait le jeune homme ne partageait pas les mêmes sentiments. Oh et puis zut ! Elle respira un bon coup, et se leva pour se diriger vers la cuisine. Elle était quand même assez nerveuse, et ne savait pas vraiment quoi faire de ses mains. Derrière, devant, les bras croisés. Elle n'arrivait pas à se décider.

    - Matt, il faut que je te dise quelque chose...finit-elle par dire, la voix un peu tremblante. C'est important, je dois vraiment savoir si Patrick avait raison. Il m'a dit...enfin je ne sais pas s'il a raison...mais c'est à cause de ça qu'il a finit par rompre.

    Elle se retrouva à côté de Matt, qui avait l'air moins joyeux tout d'un coup. C'était surement une mauvaise idée en fait.

    - Il a dit que toi et moi, on est pas simplement des amis...finit-elle par dire dans un seul souffle. Mais il devait surement dire ça pour me blesser, j'en sais rien ! J'ai pas vraiment écouté en fait, j'ai du mal comprendre ! Pfff c'est tout moi ça ! Bon allez on se soules jusqu'au petit matin ?

    Elle eut un petit rire nerveux, mais évita soigneusement de regarder Matt. Elle s'y était vraiment, mais alors vraiment prise comme une idiote finie ! Ca c'était tout elle, quand elle était nerveuse, elle se mettait à déblatérer tout et n'importe quoi à une vitesse folle. Elle n'était pas blonde, mais en fait être rousse devait quand même s'en rapprocher. Elle ne savait même pas si Matt allait bien réagir ou non...Et à avoir choisie de tout lui avouer, elle risquait de perdre son amitié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew R. Smith
New New New Member

avatar

Age : 23
Messages : 55
Dollars : 26049
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: If you're sad, I would be by your side [Fe]   Mer 10 Nov - 23:26

“ I don't have anything to hide. ”
ft. karen gillan and matt smith.

En effet, elle était loin d'être prête pour une séance photo vu son état actuel. Peu importe, ce n'était pas la première fois qu'il la voyait dans une posture pas très avantageuse. Après plusieurs mois de tournages ensemble, qui allaient d'ailleurs se renouveler, il avait eu plus d'une fois l'occasion de la voir décoiffée, démaquillée, déshabi... Oui bon ça, non, faut pas non plus abuser, il n'était pas comme ça ! Ce qu'il voulait dire par là, c'est seulement que peu lui importait comment elle était lorsqu'elle venait le voir, tant qu'elle était là.

La tête dans les placards, occupé à chercher une boisson pas trop forte en alcool - c'est qu'il savait que l'écossaise avait des limites bien définies dans ce domaine - il ne remarqua pas tout de suite qu'elle quittait le salon pour le rejoindre, ou du moins fit semblant de ne pas en prendre note. Depuis qu'elle lui avait annoncé sa rupture, il se sentait légèrement déstabilisé. Bien sûr il ne l'avait pas montré alors qu'il était à côté d'elle, en train de la réconforter. Que devait-il exactement dire ? Il n'allait bien sûr pas se gêner pour rabaisser cet idiot de "Patrick" mais s'il venait à en faire trop, ça pourrait paraître... étrange. Mieux valait changer directement de sujet, abuser de l'alcool jusqu'au lendemain, faire une soirée karaoké complètement débile, imiter les Daleks et... Ah non, apparemment, Karen voulait remettre ça sur le tapis. Elle ne se doutait pas de la situation dans laquelle elle le mettait ! Baissant la tête, pour s'aventurer dans les placards du bas, et feignant d'être très intéressé par sa tâche, il ne loupait pas un mot de ce qu'elle disait. C'est là qu'il mit la main sur une bouteille de vodka qui traînait, accompagné de gin et de malibu. Il ne se souvenait pas d'avoir autant de bouteilles dans ce coin là... Mais il sentait qu'il en aurait besoin. Il avait déjà sorti deux verres, posés sur le bar, à côté desquelles il plaça les trois bouteilles.

- Quelque chose ? Je t'en prie, je t'écoute !

Il aurait dû se taire. Il ne le sentait pas du tout. D'ailleurs ça se voyait à son expression et à sa main qu'il passait pour la cinquième fois dans ses cheveux en moins de deux minutes. Quelque chose... Quelque chose... Il en venait soudain à se faire plusieurs films. Elle comptait partir à l'étranger ? Ce qui expliquerait la raison de la rupture... Non, son idiot d'ex-petit-ami l'aurait accompagné n'importe où, ça ne pouvait pas être ça. De plus, elle ne pouvait pas abandonner le tournage, il aurait été au courant depuis longtemps. Pourquoi donc était-elle si tendue ? Son chien était mort ? Est-ce qu'elle avait un chien ? Il ne se souvenait plus très bien. Impossible de se concentrer sur plusieurs choses à la fois. Alors... Peut-être que... Non ??! Ouvrant grand ses yeux, fixant la jeune rousse, paniqué, il ne dit pas un mot alors qu'il l'écoutait terminer sa sentence. Pouvait-elle s'exprimer plus clairement ? Lui donner les détails ? Il espérait vraiment que sa supposition intérieure actuelle était infondée et sans aucun sens, mais il ne pourrait le savoir qu'avec sa confirmation. Seulement, elle ne semblait pas avoir terminé de s'exprimer...

Elle n'était pas ENCEINTE, n'est-ce pas ? C'était ce qu'il tentait de se visualiser depuis tout à l'heure. Ça manquait de logique. Bien sûr, si elle était enceinte, c'était quelque chose d'important. Peut-être que Patrick ne voulait pas être père tout de suite, qu'il lui avait fait la morale comme quoi elle était bien trop jeune et que c'est sur ça qu'elle venait lui demander son avis ? Seulement, il ne l'aurait pas quitté... Plutôt demandé en mariage... C'est ce qu'on fait dans ce genre de situation... Les artistes, peintres comme photographes, étaient tous un peu dérangés, ils ne fonctionnaient pas comme les autres, c'était donc probable... Comment était-il censé réagir si c'est ce qu'elle s'apprêtait à lui faire comme aveu ? Lui dire qu'il serait là pour elle et le bébé ? Qu'il agirait comme un père ? Non, il ne pouvait pas... Dans ce cas, il devrait convaincre son foutu Patrick de prendre ses responsabilités... Et voir Karen fonder une famille avec un autre, alors que lui jouerait le rôle de médiateur dans la relation le temps qu'ils arrivent à redevenir un couple parfait comme avant... Il allait s'étouffer. Il sentait un énorme malaise l'envahir et, soudainement, elle reprit la parole.

Si ses doutes sur un ou une future Gillan étaient maintenant envolés, la situation ne s'améliora par pour autant. Au contraire, il eut l'impression qu'elle s'empirait. Au moment même où elle laissa sortir les premiers mots, une pulsion le força à se servir un verre vodka qu'il vida de moitié, comme pour confirmer qu'il ne rêvait pas, qu'il ne s'était pas endormi devant ses e-mails ennuyants. Il répondit au rire nerveux de l'actrice par un sourire gêné, alors qu'il voulait simplement sortir d'ici en courant tellement la tension était élevée.

'Oh, je vois... Il t'a laissé à cause de... de moi donc ? Ou plutôt... de nous ? Ah quel idiot ! Ahah ! Il a toujours été un peu bizarre mais... Comment est-ce qu'il a pu... se tromper à ce point... n'est-ce pas ? Mon dieu."

Et le restant de liquide qu'il y avait dans son verre disparut sur le champ. Elle avait été obligée de lui dire ça maintenant ? Elle aurait pu attendre qu'il soit un peu plus... enfin... qu'il plane d'avantage ! Pour qu'il n'enregistre pas ses mots. Il s'en voulait, à présent, d'avoir fait pleuré Karen, indirectement. S'il ne s'était pas montré trop proche d'elle, l'autre ne l'aurait pas quitté, donc elle n'aurait pas été triste. Il était la cause de ses soucis... Maudit soit Smith.

"Tiens, voilà pour toi." Dit-il en lui tendant son verre qu'il avait rempli également, mais de quantité moindre bien sûr. Après ce qu'elle venait de raconter, il ne voulait surtout pas qu'elle finisse bourrée... Qui sait ce que son ancien copain avait pu raconter d'autre sur lui !

Emmenant les bouteilles et son verre dans le salon en prenant garde d'éviter le regard de sa "compagne", il profita de ses quelques secondes de solitude pour partir en... délire personnel. En d'autres mots, il se frappa la tête avec ses mains, résistant à la tentation de le faire contre le mur, fit quelques pas en rond, se frappa de nouveau, s'insulta sans laisser néanmoins sortir le moindre son, puis respira profondément. Il s'étala dans le canapé, Karen arrivant pile au moment où il arrêtait sa scène improvisée.

"Je suis désolé. C'est de ma faute, finalement... Je suis un si mauvais ami que ça ?" Fit-il avec une moue déçue.

Il ne fallait pas qu'il se mette à faire le détraqué, non, ce n'était pas bon. Qu'il soit naturel ! Ne pas attirer les soupçons.

"Finalement on a besoin autant l'un que l'autre d'oublier cette journée ! A ta santé !" S'exclama-t-il, levant son verre, alors qu'il se rendait seulement compte en le portant à ses lèvres que ce dernier était vide. Quelque chose lui disait que la bouteille se viderait rapidement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-of-fame.nouslesfans.com/fiches-validees-f47/matthy-terminee-t197.htm http://walk-of-fame.nouslesfans.com/demandes-d-amis-et-ennemis-f6/doctor-matt-do-you-want-to-be-my-patient-aa-t268.htm
Karen Gillan
New New New Member

avatar

Messages : 83
Dollars : 26126
Date d'inscription : 01/11/2010

MessageSujet: Re: If you're sad, I would be by your side [Fe]   Jeu 11 Nov - 0:26

    La situation devenait de plus en plus tendue, et ça en devenait intenable. A ses côtés, Matt était une vraie pile électrique, et les quelques mots qu'avaient prononcé Karen l'avaient carrément déstabilisé, à tel point qu'il but cul sec un verre de vodka sous le poids de la nervosité. On aurait dit qu'il allait exploser et lancer un grand 'Daaaaah !" dans le genre des Lapins Crétins Elle le savait, elle n'aurait jamais du lui en parler ! La jeune femme ne pouvait pas vraiment le blâmer pour réagir comme ça, après tout elle avait lancé la discussion, et pas vraiment avec le tact nécessaire. Parfois elle en oubliait les bonnes manières, mais bon, avec Matt elle se permettait tout et n'importe quoi, il ne la jugeait pas.

    - Oh, je vois... Il t'a laissé à cause de... de moi donc ? Ou plutôt... de nous ? Ah quel idiot ! Ahah ! Il a toujours été un peu bizarre mais... Comment est-ce qu'il a pu... se tromper à ce point... n'est-ce pas ? Mon dieu.

    Karen ne put retenir un hoquet d'étonnement. Oui elle était étonnée, parce qu'elle ne pensait vraiment pas que Matt pensait cela d'eux. Donc pour lui, Patrick avait tord. Cela devait mettre un terme aux interrogations de la jeune femme non ? Mais vu la façon dont se comportait Matt, elle avait des doutes. Bien que...en fait si ça se trouve, il avait tout dit. Point barre. Game over. Elle pouvait se résigner, et laisser tomber. Revenir à leur relation d'avant, si c'était possible, et ne plus y penser. Et comment ça Patrick était bizarre ? Moins que Mr Smith en tout cas !

    Alors qu'elle se disait qu'elle avait vraiment besoin d'un verre là maintenant, elle se retrouva avec de la vodka dans la main. Non ça ne tombait pas du ciel, mais Matt le lui avait donné (mais pas assez à son goût, décidément il la connaissait trop bien), et aussitôt fait il était passé dans le salon, voulant surement éviter la jeune femme. Elle en profita donc pour avaler le peu de boisson qu'elle avait dans son verre, avant de rejoindre le jeune homme dans le salon. En fait, elle ne voulait pas en terminer là, et l'alcool aidant, elle se décida à se lancer, alors que Matt leva son verre en l'honneur de cette affreuse journée, et avala de l'alcool imaginaire. Cet idiot avait carrément oublié de remplir son verre ! La rouquine leva les yeux au ciel devant ce spectacle. Il voulait à tout prix oublier ce que Karen lui avait dit, et quoi de mieux que de se souler pour ça. Mais elle n'était pas dupe, et en plus manque de bol, elle n'était pas du genre à laisser tomber si facilement. Surtout qu'elle voulait absolument qu'ils en parlent.

    - Matt s'il-te-plait, arrête de faire l'idiot ! dit-elle la voix plus autoritaire que d'habitude.

    Alors ce qu'il fallait savoir, c'est que JAMAIS elle n'avait parlé ainsi à son meilleur ami. D'habitude, elle le laissait faire ses pitreries jusqu'à ce qu'il se lasse, ou le joignait dans ses délires, mais là elle n'était pas vraiment d'humeur, et elle avait vraiment besoin que la situation redevienne un peu plus sérieuse. Mais Matt avait l'air plutôt mal partie, et il allait surement descendre verre sur verre (à part cette fois là, où il avait carrément oublié de le remplir), finissant ainsi la soirée à quatre pattes en lui disant des mots pas très catholiques. Sauf qu'elle tenait absolument à ce qu'ils restent tous les deux sobres. Elle s'assit à côté de lui et posa son verre à elle sur la table basse, puis prit la main de Matt dans la sienne, essayant de trouver son regard même s'il semblait résister.

    - Je ne veux pas te perdre, tu le sais bien. Mais je veux juste éclaircir la situation. Si tu me dis que Patrick avait tord, alors bien...mais si tu ne le pensais pas...il faut que tu m'aides là. Je suis complètement paumée moi !

    Elle avait alors hausser le ton, mais semblait sur le point de fondre en larmes encore une fois. Alors pour éviter que tout recommence, elle se décida à boire carrément à la bouteille l'alcool qui se trouvait devant elle, et en prit carrément une bonne gorgée. Et bien s'il voulait qu'ils oublient tout ça, ok il suffisait juste qu'elle vide le bar et c'était terminé. Sauf pour l'éventuelle gueule de bois qui allait suivre. Mais elle s'en fichait en fait, au point où elle en était...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew R. Smith
New New New Member

avatar

Age : 23
Messages : 55
Dollars : 26049
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: If you're sad, I would be by your side [Fe]   Ven 12 Nov - 2:44

“ I know I'm not the only one who is broken. ”
ft. karen gillan and matt smith.

Il avait eu un problème, là. Comment comptait-il faire croire que tout allait pour le meilleur des mondes alors qu'il oubliait même de remplir son verre avant de boire ? Ce n'était pas de sa faute après tout, il avait toujours du mal à le cacher quand il était... mal à l'aise. C'était à peu près ça. Reposant son verre - vide donc - sur la table basse, il devina qu'il avait fait une connerie. Pas seulement à cause du ton inhabituel qu'elle employait à son égard, mais par son regard. Il savait que son comportement ne lui plaisait pas, qu'elle aimerait qu'il fasse un effort pour une fois et qu'il se reprenne. Il ne fallait pas le lui demander deux fois... Même s'il semblait totalement à côté de la plaque depuis sa révélation précédente, il n'en restait pas moins sérieux. C'était déstabilisant la vitesse à laquelle il pouvait retrouver un air totalement abstrait alors que quelques secondes plus tôt il n'arrivait pas à faire preuve de la moindre logique. Sans doute un talent qu'il avait acquit après ses études de théâtre... Passer d'un état d'esprit à un autre, sans sembler trouver cela difficile. Le gars "paumé" avait laissé place au "concentré", beaucoup moins... amusant, c'était le cas de le dire.

Il savait, pourtant, que peu importe s'il finissait déchiré à la fin de cette soirée, ça lui retomberait en pleine face. Il ne pourrait échapper à cette discussion indéfiniment, elle finirait par revenir sur le tapis, s'immisçant entre eux deux. Il avait juste espéré pouvoir la retarder au possible, afin de conserver leur amitié intacte plus longtemps... Pourquoi pas encore le temps de quelques jours, quelques semaines ou quelques mois... Était-ce trop demandé ? Il ne pouvait pas prononcer le verdict aujourd'hui. Cela aurait trop d'impact sur eux, c'était tellement soudain. Ce matin en se réveillant, il n'avait pas dans l'idée de faire prendre un tournant à leur amitié actuelle, ce n'était pas dans son programme. Ça ne pouvait pas l'être. Il n'était pas prêt. Il aurait voulu éviter ça... Si seulement elle n'était pas venue là aujourd'hui, il se serait contenté de l'écarter un peu plus de lui jour après jour, en usant d'arguments fictifs, afin de se détacher de son emprise sur elle. Parce qu'il en avait bien une, pour réussir à briser sa relation, la faire pleurer et l'énerver, tout ça en quelques heures uniquement. Il aurait pu l'oublier, ainsi séparé d'elle, ou du moins essayer. Une fois qu'il aurait été certain de ce qu'il ressentait, il serait revenu, en tant que "Matt des premiers jour", autant énergique et souriant. La vie aurait reprit son cours normal, tout serait rentré dans l'ordre... Alors pourquoi, pourquoi fallait-il qu'aujourd'hui tout se termine ? Maintenant qu'elle avait lancé le sujet, il ne l'arrêterait pas. A croire qu'il l'avait sous-estimé, en pensant s'échapper aussi facilement... Elle était imprévisible, il en avait conscience pourtant.

Se redressant, soupirant un bon coup, alors qu'il préparait son discours sur la stupidité de Patrick qui n'avait pas à se mêler des relations dans lesquelles il n'était pas impliqué, il fut surpris par le contact de Karen. C'était à peine s'il l'avait remarqué s'installer à côté de lui, malgré tout, automatiquement sans doute, il serra la main qu'il avait à présent dans la sienne. Son regard restait méfiant, de peur de ne pas pouvoir résister à la tentation de vider la première bouteille qu'il trouverait s'il la fixait droit dans les yeux. C'était étrange cependant, à quel point le ton de sa voix contrastait avec son expression. Il n'était pas difficile de deviner qu'elle en avait beaucoup trop entendu pour aujourd'hui et que le moindre choc supplémentaire la perdrait. Elle ne méritait pas de passer à travers toutes ces émotions... Il était prêt à écarter ses larmes une seconde fois aujourd'hui s'il le fallait. Augmentant la pression qu'il avait sur sa main, maintenant qu'il ne la quittait pas des yeux, il resta plusieurs secondes pétrifié devant la scène qu'elle lui offrait. De quel droit elle se permettait de vider la bouteille sans son autorisation ? Réagissant aussi rapidement que possible, il la lui retira vivement, allant la poser sur la table avec les deux autres, qu'il écarta prudemment à bonne distance. Si elle voulait la récupérer, elle n'avait qu'à lui passer sur le corps (pas sur que ça la dérange *out*). Se retournant vers elle avec un air grave et réprobateur, ses traits finirent par s'adoucir alors qu'il la prenait de nouveau dans ses bras, comme s'il en avait d'avantage besoin qu'elle.

"Ne sois pas comme ça, pas avec moi. Tu sais que je tiens autant à toi que toi à moi... Si tu agis comme ça pour me mener à bout, tu as réussie, félicitations. Mais ni Patrick, ni n'importe quelle marque de vodka ne changera quoi que ce soit entre nous."

La serrant encore un peu plus, il savait pertinemment que ce n'était pas la réponse à sa question qu'il venait de lui donner, juste une affirmation ayant pour but de la détourner de sa question originelle. Il ne restait plus qu'à faire vite, ne pas lui laisser le temps de réfléchir et de retourner cette réplique dans sa tête, jusqu'à ce qu'elle s'énerve en l'accusant de ne pas avoir comprit ce qu'elle lui demandait. Mais il avait parfaitement comprit.

"Quoi qu'il arrive, tu pourras toujours compter sur moi. Je ne veux pas que ça change alors... pour le moment... on devrait..." Il marqua un temps d'hésitation, puis reprit, sans rapport avec le début de sa phrase : "Tu es sans doute perdue parce qu'il vient de te quitter... Je suis désolé, de ne rien pouvoir faire pour t'aider... Si tu as besoin de quoi que ce soit, je le ferrais pour toi, tu n'as qu'à me demander."

Il sentait comme un poids dans son estomac, pesant, oppressant. Respirant calmement, fermant les yeux en espérant ne plus le sentir, il savait que tout cela était dû au regret de ne pas oser se montrer d'avantage sincère envers Karen. Il s'en voulait d'être égoïste, d'avoir simplement peur de sa réaction, quelle que soit sa réponse, car l'une ou l'autre finirait par changer quelque chose entre eux et il ne voulait pas risquer d'avoir à faire à la mauvaise réaction. Tout serait pourtant tellement plus simple !

"Mais en échange..." Il parlait plus bas à présent, sa tête au niveau de son épaule. "Promets moi d'arrêter de pleurer autant ou alors, si vraiment tu ne peux pas t'en empêcher, viens me voir. On dit pas qu'une peine partagée et diminuée de moitié ? Alors je la partagerais avec toi, parce que... Parce que."

Parce que quoi ? Parce que je suis ton meilleur ami ? Avait-il encore besoin d'insister sur ce point ? Non. Il l'avait bien assez fait, avant aujourd'hui également, et il ne voulait pas en rajouter dans cette situation. Non, mieux valait que cette phrase reste en suspension. Matt ne revenait jamais sur un avis, ou très rarement, s'il avait décidé de ne pas le lui dire maintenant, c'est que ce n'était pas le moment approprié à ses yeux, il ne voulait pas avoir l'air d'un profiteur fini.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-of-fame.nouslesfans.com/fiches-validees-f47/matthy-terminee-t197.htm http://walk-of-fame.nouslesfans.com/demandes-d-amis-et-ennemis-f6/doctor-matt-do-you-want-to-be-my-patient-aa-t268.htm
Karen Gillan
New New New Member

avatar

Messages : 83
Dollars : 26126
Date d'inscription : 01/11/2010

MessageSujet: Re: If you're sad, I would be by your side [Fe]   Ven 12 Nov - 22:31

    Bon bah apparemment, elle ne pouvait même pas picoler tranquille, vu qu'elle se retrouva sans bouteille, Matt le lui ayant piqué Suspect. Elle se mit alors à faire la moue comme si elle était une gamine à qui on avait confisqué son jouet. Bof tant pis, elle pouvait toujours se servir dans les autres. Mais avant, elle voulait entendre ce que Matt avait à lui dire, savoir s'il allait être sincère avec elle. Malheureusement, la sincérité, c'est ce qui avait gâché sa journée. En lui avouant tout, Patrick avait quand même frappé un grand coup. Il savait la toucher là où ça faisait mal, et il en avait profité. Pourtant elle ne lui en voulait pas, étrange non ? Peut-être que quand elle aurait les idées plus claires, elle l'insulterait de tous les noms, brûlerait ses affaires et déchireraient les photos d'eux. Mais là, elle avait juste besoin de tout oublier, mais aussi de savoir où elle en était avec son meilleur ami. Celui-ci d'ailleurs, ne l'avait pas rejeté quand elle avait prit sa main, au contraire, il la serrait autant qu'il pouvait, et finit même par la serrer dans ses bras encore une fois, comme s'il ne voulait pas la laisser s'en aller. Elle enfouit sa tête dans les épaules du jeune homme, tout en écoutant ce qu'il lui disait, mais quelque chose lui disait que sa réponse n'allait pas lui plaire. Et effectivement, plus il avançait dans son discours, plus la rouquine sentait son coeur se briser en mille morceaux. Il ne l'aimait pas, enfin seulement comme une amie, et ne partageait pas ses sentiments. Car oui, elle ne comprenait maintenant, ses sentiments pour Matt étaient bien plus forts qu'elle ne le pensait, et c'est à cet instant qu'elle finit par le comprendre, en se sentant doucement sombrer alors qu'il lui cassait ses espoirs. Il tentait de lui dire qu'il était son ami, qu'il serait toujours là pour elle, mais était-ce qu'elle voulait vraiment ?

    - Parce que quoi ? Demanda-t-elle en se dégageant de l'étreinte de Matt.

    Elle n'attendait pas vraiment de réponse en fait, mais autant essayer non ? Elle le regarda dans les yeux, puis s'éloigna de lui pour aller se poster à l'autre bout du canapé, pour ensuite aller emprunter la bouteille de gin. Elle s'en versa dans son verre jusqu'au bord, et avant que Matt ait pu protesté, but le contenu à une vitesse ahurissante. Elle n'osait même plus regarder son ami, de peur de lui dire tout et n'importe quoi, mais surtout le traiter de tous les noms pour lui avoir dit toutes ces choses, qu'elle n'avait pas voulu entendre. Peut-être qu'il avait raison mais...pas maintenant.

    - T'es qu'un abruti ! Lui lança-t-elle d'un ton sec. Et si tu crois que je vais laisser passer ça...

    Elle se reversa un autre verre de gin, et rebut encore un coup. Elle sentait l'alcool monter petit à petit, mais peu importe.

    - Je te comprend pas ! Continua-t-elle en se levant d'un bond, quand même pas vraiment assuré. Non vraiment, tu crois te conduire comme un ami, mais en fait tu ne fait qu'empirer les choses ! Et tu sais quoi, tu peux toujours te trouver une nouvelle compagne pour ta série de...et bah je téléphone à Steven en rentrant et je lui dit que c'est fini, je veux plus te voir ! Adieu Matt, et bon vent mon "ami" !

    Elle s'en alla précipitamment sans laisser à Matt le temps d'en placer une, puis se retrouva dehors en un rien de temps. Oula, elle avait un peu abusé quand même non ? Ca lui apprendra à tourner autour du pot ! Et en plus...elle avait oublié son sac à l'intérieur . Ah bah bravo. Sans argent, ni téléphone, ça allait être difficile de rentrer chez elle. Bon tant pis, elle marcherait et rencontrerait bien un fan qui l'aiderait. Mais elle n'aurait pas du partir comme ça...qu'est-ce qu'il lui avait prit franchement ? Elle était triste, et en colère, mais Matt n'avait pas mérité ça. C'était peut-être trop tard de toute façon. Bon elle allait où là en fait ? Elle ne savait même pas quelle direction prendre. Elle pouvait toujours faire demi-tour, la maison de Matt n'était qu'à quelques pas (et son sac avec). Mais non, elle devrait l'affronter. Alors elle s'assit sur le trottoir, seule et perdue. Si seulement sa vie pouvait être plus simple...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew R. Smith
New New New Member

avatar

Age : 23
Messages : 55
Dollars : 26049
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: If you're sad, I would be by your side [Fe]   Dim 14 Nov - 23:35

“ I could never run away from you. ”
ft. karen gillan and matt smith.

Comme si elle ne le connaissait pas assez pour savoir qu'il ne lui répondrait pas, qu'importe combien de fois elle le lui demanderait. Elle n'aimait pas ça, n'est-ce pas ? Qu'il soit si vague dans ces propos, si peu coopératif. Il la comprenait, il agirait de la même manière à sa place, s'éloigner de lui pour se réconcilier avec l'alcool. Il aurait pu une nouvelle fois lui retirer son verre, mais à quoi bon ? Si en plus de lui empêcher d'avoir des réponses il l'interdisait de boire... Puis c'était lui qui le lui avait proposé à l'origine. Restant assis à la même place, les bras croisés, ne préférant pas la fixer, il était loin d'être fier de la mettre dans des états pareils, au point qu'elle souhaite provoquer son propre coma éthylique. Il n'était même pas en position de répliquer à ses remarques, la laissant s'acharner sur lui.

Pourtant, en même temps qu'il l'écoutait exprimer son mécontentement, il devenait davantage troublé. A quoi s'attendait-elle donc, pour paraître si déçue ? Sa réponse ne lui convenait pas ? Elle voulait quoi à la fin ? Elle ne s'imaginait donc pas qu'ils étaient dans le même bateau, tout les deux aussi paumés l'un que l'autre ? En quoi faisait-il empirer les choses ? C'était elle qui avait commencé avec ça ! Il essayait juste d'écarter le sujet pour justement ne pas arriver à une situation encore plus catastrophique ! C'était une manière de pensée assez étrange et singulière, que de vouloir à chaque fois éviter les confrontations, mais il se fichait d'être incompréhensible.

Ce dont il se souciait par contre, c'était de ce qu'elle venait de dire, alors qu'il se levait à son tour pour la calmer un minimum. Il voulait bien se faire accuser un moment mais il n'allait pas non plus rester sans se défendre jusqu'à ce qu'elle n'arrive plus à aligner deux mots à cause de l'alcool ! C'était quoi, le caprice qu'elle lui faisait ? Elle voulait fonctionner au chantage ? Surpris, choqué, il n'eut même pas de réflexes assez rapides pour la rattraper avant qu'elle ne passe le pas de la porte. "Je veux plus te voir !" Mais bien sûr, comme si elle arriverait à survivre plus d'une semaine sans lui adresser une seule parole... Vexé, au fond, il se mit à donner des coups de pieds à la table basse qui, la pauvre, n'avait rien demandé de spécial. Passant ses mains sur son visage puis dans ses cheveux, il fit les cents pas dans le salon, allant se servir un verre du reste de gin au passage, rien que pour se remettre les idées en place.

Il était supposé agir de quelle manière maintenant ? La laisser dans son coin et la rappeler dans quelques heures ou courir après comme un désespéré ? Il pencha pour la solution la moins pitoyable, décidant même de faire sonner son portable sur le champ, jusqu'à ce qu'il remarque, en passant devant le couloir, que le sac de l'écossaise était toujours là. C'était lui qu'elle traitait d'abruti après ça ? Elle était sans doute la moins maligne des deux ! Si elle ne voulait plus le revoir, elle pourrait au moins éviter de lui laisser ses affaires, qu'il serait un jour ou l'autre obligé de lui rendre. Ce n'était pas pour déranger Matt cependant, au contraire, il avait maintenant une excuse valable pour aller la chercher dans la rue, si elle y était toujours. Comment faire si elle était déjà parti se réfugier chez un des voisins ? Vu tout ce qu'elle avait bu, elle aurait pu en être capable, non ? Ce n'était pas son genre... Elle n'avait rien sur elle pour contacter qui que ce soit, elle n'avait pas du aller bien loin. Heureusement qu'il faisait encore jour, il n'avait pas à trop s'inquiéter... Elle avait beau lui avoir crier dessus alors qu'elle était sans doute autant en tord que lui, elle n'en restait pas moins Karen.

"KAZ !" S'exclama-t-il en sortant de la maison, tournant la tête des deux côtés, essayant de distinguer sa silhouette au loin.

Pas besoin de chercher à des kilomètres, il la remarqua bien vite, assise sur le sol quelques mètres plus loin. Lâchant un soupir à la fois soulagé et fatigué, il alla la rejoindre, mains dans les poches. Il se plaça debout derrière elle, un léger sourire aux lèvres, alors qu'elle semblait loin d'être prête à partir.

"Tu rentres pas finalement ? Ton sac est resté dans l'entrée." Lui dit-il alors qu'il allait s'asseoir à côté d'elle, fixant le sol bitumé de la route.

Non, il ne le lui avait pas apporté personnellement, si elle souhaitait le récupérer, elle n'avait qu'à le faire d'elle-même. Ou alors elle voulait vraiment couper les ponts et s'interdirait de pénétrer de nouveau dans la demeure Smith, au choix.

"C'est pas parce tu décides d'un coup de plus vouloir avoir à faire à moi que je vais te lâcher, tu sais ?" Finit-il par sortir alors qu'il relevait la tête dans sa direction. "Tu t'es jamais dit aussi que si toi t'as du mal à me comprendre, il m'arrive aussi d'avoir du mal à te suivre ? Qu'est-ce que tu attends de moi, Karen ?"

Il posait sur elle un regard interrogateur pesant, essayant sans doute de trouver la réponse sans qu'elle ait besoin de dire quoi que ce soit, mais il avait bien peur de ne pas être capable de deviner ce à quoi elle pouvait penser actuellement. Elle l'embrouillait totalement, il ne savait jamais de quelle manière il devait agir. Si quand elle n'était pas avec lui il se sentait perdu, ça ne l'empêchait pas d'être tout autant troublé par sa présence. Elle l'empêchait de réfléchir de manière correcte, le déstabilisait et il détestait ça, qu'elle puisse avoir un tel contrôle sur son comportement, qu'elle le dirige indirectement.

"Pour tout te dire... Je pense pas que je supporterais que tu t'éloignes de moi. Je dois m'être habitué à ta présence maintenant." Dit-il d'un ton plus bas, qu'elle pouvait distinguer malgré tout. Il s'attendait à ce qu'elle réplique, parce qu'elle répliquait toujours, mais cette fois il prit les devants : "Ne dis rien avant que j'ai fini de m'expliquer."

S'approchant alors d'elle, sans lui laisser le temps de réagir, il prit son visage entre ses mains, dégageant les quelques mèches qui lui barraient le visage et allant poser ses lèvres sur les siennes. Un simple baiser. Sa peau était douce, son odeur enivrante et il y avait comme un drôle de goût sucré. Il était libéré d'un poids, ainsi les yeux fermés, sentant sa poitrine oppressée se relâcher en un coup. Ce n'était pas la première fois qu'un tel contact était établi entre eux, il y avait même eu beaucoup plus brusque et poussé, mais ce n'était que lorsqu'ils jouaient. Il n'était pas dans la peau de son personnage à ce moment précis, il était même à des kilomètres de là. Ce n'était pas la même sensation qui lui était procuré. Il était beaucoup, beaucoup plus heureux.

Il ne resta ainsi qu'un court instant, assez pourtant pour procurer un effet de surprise, mais trop bref pour être complètement réalisé. Le doute l'assaillit alors, se demandant s'il n'avait pas fait la plus grosse erreur de sa vie. Sa respiration se fit saccadée sous l'attente d'une quelconque réaction, tandis qu'il se préparait mentalement à se faire ruer de coups ou encore à un long silence gênant interminable qui finirait par le tuer, sans doute. Sa voix était nettement moins assurée après ça, alors qu'il tentait de prendre la parole, plus pour meubler qu'autre chose.

"Maintenant j'ai terminé."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-of-fame.nouslesfans.com/fiches-validees-f47/matthy-terminee-t197.htm http://walk-of-fame.nouslesfans.com/demandes-d-amis-et-ennemis-f6/doctor-matt-do-you-want-to-be-my-patient-aa-t268.htm
Karen Gillan
New New New Member

avatar

Messages : 83
Dollars : 26126
Date d'inscription : 01/11/2010

MessageSujet: Re: If you're sad, I would be by your side [Fe]   Lun 15 Nov - 0:44

    - KAZ! Entendit-elle à quelques pas de là.

    Elle ne leva pas la tête, restant là à bouder même quand Matt vint la rejoindre et s'asseoir à côté d'elle. Elle avait agi stupidement, elle le savait très bien, mais c'était vraiment la seule façon de le faire réagir. Et ça n'avait pas tarder. Qu'est-ce qu'elle attendait de lui ? Elle ne savait pas trop en fait, surement qu'il soit réellement sincère avec elle. Tandis qu'il lui parlait, elle ne le regardait toujours pas, mais elle savait que lui si, et qu'il était plus qu'insistant. Mais en fait, elle ne voulait pas l'affronter, de peur de le blesser encore plus de manière involontaire.

    - Je pense pas que je supporterais que tu t'éloignes de moi. Je dois m'être habitué à ta présence maintenant.

    Elle ne savait pas vraiment ce qu'elle pouvait lui dire, à part que ce n'était pas vraiment une explication à ses changements de comportement envers elle (oui en fait, elle avait toujours quelque chose à dire), mais en tout cas il s'attendait bien à ce qu'elle lui réponde. Elle devait quand même admettre qu'il savait lui parler avec les mots justes. La rouquine voulut répliquer, dire quelque chose au moins, mais elle n'eut même pas le temps de comprendre ce qui lui arrivait, car Matt lui déposa un baiser sur les lèvres. Doux, tendre, il n'y avait pas vraiment de façon de l'expliquer mais jamais personne ne l'avait embrassé de cette manière. D'habitude, les types avec qui elle sortait était beaucoup plus "agressifs" dans leur manière de l'embrasser, mais là...elle avait l'impression de ne pas être un objet, mais la fille qui comptait parmi toutes les autres. Ce baiser ne dura que quelques instants, mais elle se sentait...heureuse, comblée. Le contact des mains du jeune homme sur sa peau la faisait frémir, elle se sentait un peu rougir même. Et quand ce moment si parfait fut fini, elle se toucha les lèvres, comme pour réaliser que cela c'était bien passé. Avait-elle finalement trop bu ? Hallucinait-elle sous l'effet de l'alcool ? Non ce n'était pas possible, elle ne pouvait pas ressentir autant de choses si c'était faux. Cela ne pouvait être que vrai !

    - Matt, je...si tu savais...

    Karen n'arrivais pas à exprimer ce qu'elle ressentait, comment le pouvait-elle, il l'avait prise par surprise. Devait-elle le frapper ? Sauter dans ses bras ? Rien de tout ça. Elle se mit en fait à sourire, non pas de ce sourire forcé qu'elle avait affiché quelques heures auparavant devant tout le monde, y compris Matt. Mais parce qu'elle était contente, qu'elle avait enfin ce qu'elle voulait. Ce simple baiser lui avait redonné du baume au coeur. Il signifiait vraiment quelque chose, enfin pour elle en tout cas...Mais là, elle commençait un peu à fatiguer, sentiments ou pas.

    - Je veux rentrer maintenant, dit-elle en posant sa tête sur l'épaule du jeune homme. J'ai besoin de dormir. J'ai froid, et en plus j'ai l'impression que tout tourne autour de moi. Mais je vais pas oublier ça hein, je suis encore lucide. Enfin je crois.

    La jeune femme ferma les yeux quelques instants. Un moment de paix avant la tempête. Car elle ne s'attendait pas vraiment à ce que tout soit rose, que tout soit facile après coup. Si ça se trouve Matt l'avait juste embrassé pour qu'elle se taise définitivement et qu'elle ne remette pas leur conversation houleuse sur le tapis. Non, ce n'était pas son genre, il ne jouerait pas avec elle comme ça. Elle rouvrit les yeux après quelques minutes, et se redressa, tout en le regardant. Il lui semblait le voir sous un autre jour maintenant. A moins que ce soit l'alcool qui lui faisait croire ça. Mais en tout cas, les choses avaient bel et bien changées aujourd'hui.

    - Et oublie tout ce que je t'ai dis, je pourrais pas vivre sans toi. Je serais malheureuse sinon...continua-t-elle. Il n'y a que toi pour me faire rire quand je n'ai pas le moral. Et j'aime que tu m'appelles Kaz, il n'y a que toi qui ai le droit de faire ça. Et puis ta façon de partir dans tes délires, t'es complètement dingue mais c'est ça que j'aime chez toi...Et ton rire communicatif, ton sourire si parfait...Je me mentais à moi-même en restant avec Patrick, parce que la seule personne qui compte c'est toi.

    Elle prit la main de Matt dans la sienne, et lui déposa un rapide baiser sur les lèvres, comme pour tenter de confirmer ce qui venait de se passer, mais aussi parce qu'elle trouvait ça...normal. Comme si c'était officiel, qu'ils avaient passé un cap et qu'ils ne feraient pas marche arrière. Il ne l'avait pas repoussé, donc ça voulait bien dire quelque chose. Mon dieu, elle avait vraiment l'impression que tout ça n'était qu'un rêve, et pourtant elle était bien dans la réalité. Elle avait besoin d'y voir plus clair de toute façon. La jeune femme ne savait pas ce que la suite lui réservait, mais en tout cas elle savait qu'il serait à ses côtés quoi qu'il arrive.

    - Qu'est-ce qu'on va faire hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew R. Smith
New New New Member

avatar

Age : 23
Messages : 55
Dollars : 26049
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: If you're sad, I would be by your side [Fe]   Sam 20 Nov - 22:49

“ Everything I do, I do it for you. ”
ft. karen gillan and matt smith.

Le temps qui s'écoula entre le moment où il lâcha ses lèvres et celui où elle prit enfin la parole lui parut sembler une éternité. Il pouvait sentir son sang bouillir de l'intérieur et n'arrêtait pas de lui lancer quelques regards, observant sa réaction en appréhendant ses cris. Oui, c'était sans doute ce qu'elle allait faire. Elle serait choquée qu'il ait osé la toucher, lui, commencerait à faire sa morale, demandant pourquoi il avait agit de la sorte... Puis comme un c*n, en rigolant, il répondrait que c'était juste pour retrouver sa Karen de tout les jours et la sortir de son état de déprime complètement absurde. Il ferait semblant de ne pas être touché par ce rejet, continuerait de la fréquenter, ne changeant rien à leur relation, précisant simplement que rien ne serait jamais possible entre eux.

Alors qu'il s'était déjà préparé à cette scène, ayant planifié chacune de ses paroles, il ne sut pas quoi dire lorsque, percevant un changement dans le ton de sa voix, il la vit sourire. Pas un sourire niais, totalement idiot, moqueur, dégoûté ou quoi que ce soit d'autre. Elle affichait plutôt une expression naturelle, celle à laquelle il ne pouvait résister. Elle ne lui avait pas laissé la chance de l'observer avec un air si sincère depuis un moment déjà et ça commençait à lui manquer, malgré tout. Comment était-il censé le prendre ? Qu'est-ce que cela signifiait ? Il le sut bien vite, alors que le prenant de court, elle venait poser sa tête sur son épaule et que soudain toute sa nervosité disparaissait. Il fut néanmoins légèrement déboussolé quand elle lui annonça qu'elle souhaitait partir et retourner chez elle. Elle le torturait encore même maintenant, le laissant heureux et frustré à la fois, alors qu'il ignorait si c'était son geste qui la faisait fuir ou simplement les arguments qu'elle était en train de lui énumérer.

Bien entendu qu'il espérait que l'alcool n'effacerait pas ce moment ! Il avait attendu trop longtemps. Il n'était pas certain d'être capable de refaire la même chose une seconde fois. Mais si c'était justement ce même alcool qui la faisait agir de la sorte ? Peut-être avait-elle déjà les idées de travers et ne comprenait rien à ce qui se déroulait à ce moment même ? A vrai dire, bien qu'étant toujours lucide, Matt non plus ne se situait pas réellement, pour l'instant. Toujours en train de s'imaginer que ce n'était qu'une illusion passagère, ou qu'elle ne voulait pas le brusquer en le rejetant et qu'elle ne lui adresserait plus la parole après aujourd'hui... Pourtant, au fond, il savait qu'elle n'était pas de ces personnes qui manipulent les sentiments des autres à cette extrémité. Si vraiment elle voudrait le voir simplement tel un ami, elle le lui ferait clairement comprendre.

Il ignorait si c'était le fait de la voir de si près ou d'enfin lui avoir montrer qu'il tenait à elle beaucoup plus qu'il ne le faisait croire, mais il lui semblait qu'elle était d'avantage rayonnante que quelques minutes auparavant. Plus il la regardait, plus la certitude qu'elle lui était indispensable l'habitait. Si quoi que ce soit venait à lui arriver, il ne le supporterait pas. Il voulait la protéger, l'empêcher de tomber ou de se blesser, du moins tant qu'elle l'en autoriserait.

Dire qu'il ne s'attendait pas à ce discours serait un euphémisme. Complètement surpris, il ne sut pas quoi répondre directement, à vrai dire il doutait même d'avoir quoi que ce soit à dire. Ce n'était pas dur de deviner qu'il pensait la même chose, qu'il n'avait pas arrêter d'être jaloux de ce photographe pendant des mois entiers, supportant la douleur car elle était heureuse. Sans doute était-ce pour ça, qu'il n'avait fait le premier pas aujourd'hui... Parce qu'elle ne semblait plus si apaisée et qu'il ne pouvait pas se faire à l'idée d'une Kaz déprimée. Quoi qu'il ait voulu faire, il n'en eut pas la possibilité. Elle l'embrassa de nouveau, de manière brève, mais ça lui suffit amplement. Il n'en fut même pas étonné ou pétrifié sur place, il n'attendait presque que ça. Qu'elle lui prouve qu'il ne se trompait pas en pensant qu'entre eux, tout ne faisait que commencer. Serrant sa main un peu plus et affichant un sourire digne de lui, il marqua un tant d'hésitation quand elle formula sa question.

"Et bien je pense qu'on pourra commencer les préparatifs du mariage dès demain, t'en pense quoi ? Faut que je prévienne ma mère, elle sera ravie de t'aider à choisir la robe et les décos de la salle ! Il va falloir se mettre d'accord sur la liste des invités aussi, je me souviens qu'une de mes tantes ne t'apprécient pas vraiment... Mais non, je plaisante ! Sauf pour ma tante." finit-il par dire en voyant l'air qu'elle affichait. Il ne pouvait pas s'empêcher de tourner la conversation quand ça devenait trop sérieux à son goût.

Pour dire vrai, il n'en savait pas plus qu'elle. Impossible de prévoir comment les choses évolueraient, maintenant qu'ils avaient dépassé le stade de simples collègues devenus meilleurs amis. N'étant pas du genre à s'afficher, il préférait rester discret. Encore d'avantage en prenant en compte qu'elle venait tout juste de quitter Patrick - ou plutôt le contraire - et que les magasines ne tarderaient pas à diffuser l'information une fois mis au courant... S'ils prenaient le risque de se montrer de suite au grand jour, ça ne ferait que multiplier les rumeurs, déjà qu'il était certain d'être "accusé" d'avoir mit fin à la relation de la jeune rousse par les journalistes... ce qui était vrai, en fait.

"Pour commencer... Je vais te ramener ton sac et te raccompagner chez toi, c'est la moindre des choses. Et après... Même si ça me fait pas vraiment plaisir, j'imagine que le plus raisonnable ce serait de ne rien dire à personne, non ? Je veux pas que les paparazzis te harcèlent encore plus qu'ils ne risquent de le faire après que ta rupture avec Patrick soit rendu publique."

Bien sûr, ce serait dur, de se cacher, même sur une courte période. A peine étaient-ils ensemble - du moins c'est ainsi qu'il le voyait - qu'ils allaient devoir faire semblant ne pas l'être. C'était plus dur qu'on ne le pensait d'être célèbre, toujours a devoir faire attention de ne pas attirer les ragots divers qui pourraient vous foutre votre vie en l'air...

"Je suis pas certain de pouvoir tenir par contre..." Dit-il avec un léger rire nerveux. "C'était déjà pas toujours facile avant... Tu sais, je t'aime vraiment."

Il ne l'avait pas quitté des yeux en disant cela. Ce n'était pas réellement une déclaration, vu qu'elle le savait déjà, mais le dire rendait les choses plus concrètes. Il ressentait quelque chose pour elle depuis un long moment et ça ne lui paraissait donc pas étrange de le prononcer si rapidement, mais elle devait sentir par le ton qu'il avait employé qu'il n'attendait pas de réponse en retour, il voulait simplement qu'elle le sache. Il avait attendu longtemps déjà, attendre encore ne le dérangeait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walk-of-fame.nouslesfans.com/fiches-validees-f47/matthy-terminee-t197.htm http://walk-of-fame.nouslesfans.com/demandes-d-amis-et-ennemis-f6/doctor-matt-do-you-want-to-be-my-patient-aa-t268.htm
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: If you're sad, I would be by your side [Fe]   

Revenir en haut Aller en bas
 

If you're sad, I would be by your side [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Walk of Fame, la ruée vers la gloire :: Les Temps Modernes {RPG} :: Les Villas de Stars {RPG} :: Villas d'ailleurs-